La News

News publiée le 23/10/2008

melanôme, cancer, diffu-sciences

Une molécule doublement efficace contre le cancer

Trois équipes françaises ont révélé qu’une petite molécule est capable de réduire fortement la croissance de tumeurs ainsi que celle de leur vascularisation. Cet agent ne montre aucune toxicité pour les tissus sains et sa synthèse à l'échelle industrielle est facile.

La nucléoline est essentiellement connue comme une protéine présente dans les noyaux des cellules. Mais les travaux réalisés au cours de ces dernières années par une équipe du CNRS (Centre National de la Recherche Scientifique, France) ont démontré qu’elle est également exprimée à la surface des cellules, où elle fonctionne comme un récepteur pour des facteurs de croissance. L’expression de la nucléoline est particulièrement élevée dans les cellules en multiplication rapide, comme les cellules tumorales et dans les cellules endothéliales, celles qui tapissent la paroi interne des vaisseaux. Or de nombreux vaisseaux sont impliquées dans la formation d’un réseau de capillaires sanguins entourant les tumeurs. C’est ce qu’on appelle l’angiogénèse. Ces données suggèrent que la nucléoline exprimée à la surface cellulaire pourrait être une cible importante et prometteuse pour la thérapie anticancéreuse. Trois groupes de recherche du CNRS ont démontré pour la première fois l'efficacité d'une substance dénommée HB-19 dans le traitement du cancer. Elle cible spécifiquement la nucléoline. Ces chercheurs ont mis en évidence qu’HB-19 bloque non seulement la multiplication des cellules issues de différentes tumeurs humaines (comme le cancer de la prostate, du , du colon ou le mélanome), mais également l’angiogénèse tumorale (formation des nouveaux vaisseaux sanguins indispensables à l'apport d'oxygène et de nutriments aux cellules cancéreuses). Ces résultats ont été confirmés à l’aide d’un modèle expérimental du cancer du chez des souris greffées avec des cellules tumorales d’origine humaine : l’administration d’HB-19 a entraîné une inhibition significative de la progression de tumeurs, voire même dans plusieurs cas l’éradication de cellules tumorales. Les essais cliniques devraient commencer dans un an. Ces résultats prometteurs, ouvrent de nouvelles perspectives à une thérapie anticancéreuse efficace et sans toxicité.

Dr J. Andris
Destouches D, El Khoury D, Hamma-Kourbali Y et al. Suppression of tumor growth and angiogenesis by a specific antagonist of the cell-surface expressed nucleolin. PLoS ONE. 2008; 3: e2518
Communiqué de presse du CNRS (Paris) (17 juin 2008) : Un « agent double » efficace contre le cancer
http://www2.cnrs.fr/presse/communique/1360.htm
Site en français. Consulté en octobre 2008


Pour vous inscrire à la Newsletter, veuillez simplement enter votre adresse mail ci-dessous et cliquez sur "envoyer".




Partenaires

ligue_cardiologique_belge