La News

News publiée le 30/12/2008

accidents cardio-vasculaires, diffu-sciences

Un cri du coeur

Une étude internationale réalisée l’an dernier a mis en lumière le degré de gravité de l'ignorance du public sur la première cause de mortalité : les accidents cardio-vasculaires.

Une étude menée auprès de 1547 patients et 750 médecins avait pour objectif d'évaluer l'information du public et du médecin généraliste sur les risques cardio-vasculaires, première cause de mortalité dans le monde. Il y a une marge entre les connaissances actuelles et l'application des traitements habituellement réalisés. Les résultats sont alarmants : un patient sur cinq ne peut citer un seul facteur promoteur d'un haut taux de cholestérol. Les trois-quarts d'entre eux ne savent pas qu'une attaque cardiaque en est l'une des conséquences possibles. Un tiers des patients ne s'inquiètent même pas de leur taux de cholestérol ! Enfin, quatre patients sur dix ne connaissent pas la différence entre le « bon » et le « mauvais » cholestérol.

Facteurs de risque

Le taux élevé de cholestérol LDL, couplé avec le tabagisme et l'hypertension, mène tout droit aux accidents cardiovasculaires : crises cardiaques, accidents vasculaires cérébraux et dérivés. Le manque d'information du public belge décuple la portée de ce principal facteur de risque : l'étude mondiale montre qu'un patient sur deux ne connaît pas ou plus son taux de cholestérol ; deux patients sur trois ne connaissent pas les taux recommandés ; un patient sur trois croit être sous le taux de cholestérol recommandé (< 115 mg/dL de LDL). En Belgique, 68% des patients traités pour hypercholestérolémie ne sont pourtant pas en-dessous des niveaux recommandés. L'étude montre également que 44% des patients étudiés souffraient d'hypertension non connue. L'obésité viscérale est un indice majeur de facteur de risque, facilement mesurable via le tour de taille, une méthode simple et à faible coût, qui permet de dépister « à la grosse louche » une catégorie de patients plus à risque. L’obésité mène au syndrome métabolique, qui peut ensuite évoluer vers le diabète de type II.

La loi du silence

Les accidents cardiovasculaires provoquent en Belgique un décès toutes les dix minutes en moyenne ; toutes les deux secondes, elles sont responsables d’un décès dans le monde. On est loin devant le cancer et les dangers de la route. La banalisation et le manque d'information semble être des facteurs dopent cette mortalité.

La Rédaction
Etude « From the heart » (2008)


Pour vous inscrire à la Newsletter, veuillez simplement enter votre adresse mail ci-dessous et cliquez sur "envoyer".




Partenaires

ligue_cardiologique_belge