La News

News publiée le 06/03/2009

bébé Belge, diffu-sciences

Les bébés belges sur de mauvaises bases

L’alimentation au cours des premières années de la vie exerce une influence considérable sur la santé future. C’est ce que montrent de plus en plus d’études.

En 2008, une étude concernant les habitudes alimentaires des petits Belges a été effectuée. Cinq cents mères ont dû tenir à jour un carnet alimentaire reprenant tous les aliments pris par leurs jeunes enfants âgés entre 6 et 36 mois.

Rien ne va plus !

Selon cette étude, l’alimentation des enfants est déséquilibrée à de nombreux points de vue:

  • La quasi-totalité des enfants participants consomment trop de protéines. Cette surconsommation semble cependant s’atténuer légèrement au cours de la croissance.
  • Les matières grasses restent également un point délicat : les enfants en consomment trop peu et la qualité de ces lipides laisse à désirer (8 enfants sur 10 consomment trop de graisses saturées).
  • Entre 12 et 36 mois, à peine 8% des enfants ont un apport adéquat en fibres.
  • En termes de vitamines et minéraux, les enfants ont une alimentation trop riche en sel (89% d’entre eux en consomment trop), trop pauvre en calcium (60% des enfants participants ne couvrent pas leurs besoins en calcium) et trop pauvre en aliments sources de vitamine D.
  • Quarante-trois pour cent des enfants mangent moins de 100g de fruits par jour et les quantités consommées diminuent avec l’âge.
  • Près de 60% des tout petits consomment moins d’une cuillère à soupe de légumes par jour.
  • Enfin, plus de 95% des enfants reçoivent des en-cas dès l’âge de 6 mois. Entre 13 et 24 mois, à peine 10% d’entre eux reçoivent des en-cas adaptés à leurs besoins nutritionnels et à partir d’un an, les enfants consomment tous des en-cas pour adultes.
La faute aux parents ?

Ces carences et excès s’installent souvent dès le plus jeune âge. En effet, jusqu’à l’âge de un an, les parents sont attentifs à l’alimentation de leurs chérubins. Malheureusement, passé cet âge, leur attention se relâche et cette alimentation mal équilibrée est loin d’être sans conséquences : elle augmente le risque d'être victime à l’âge adulte des maladies comme le diabète, les maladies cardio-vasculaires ou encore l’obésité.

Il est donc essentiel d'éduquer les parents afin qu’ils aient toutes les connaissances nécessaires pour opérer les choix alimentaires idéaux permettant de couvrir les besoins spécifiques de leurs enfants.

La Rédaction
Nutricia. Une alimentation peu équilibrée commence dès le plus jeune âge ; les bébés belges souffrent de carences et d’excès. Communiqué de presse Nutricia, 03 mars 2009.


Pour vous inscrire à la Newsletter, veuillez simplement enter votre adresse mail ci-dessous et cliquez sur "envoyer".




Partenaires

ligue_cardiologique_belge