La News

News publiée le 24/03/2009

Douleur pelvienne, homme, diffu-sciences

Les hommes aussi sont touchés

Le syndrome de douleur pelvienne chronique touche aussi bien les hommes que les femmes. La prise en charge de ces patients nécessite une approche multidisciplinaire.

Bien que des progrès considérables aient été réalisés sur le plan de la compréhension et du traitement de la douleur pelvienne (au niveau du bassin) chronique chez la femme, nos connaissances à propos de ce problème chez l’homme accusent un très net retard. Alors que l’on considérait jadis qu’il s’agissait d’un « trouble typiquement féminin », le syndrome de douleur pelvienne chronique, ainsi que la dysfonction sexuelle qui lui est associée, peuvent en fait toucher de 5 à 15 % des hommes à l’échelle mondiale.

Qualité de vie altérée

Pour un certain nombre d’hommes atteints du syndrome de douleur pelvienne chronique, la qualité de vie peut être considérablement altérée. Si elle se situe souvent au niveau du périnée (région profonde du bassin, avec l'ensemble des muscles qui entourent et soutiennent les organes génitaux internes), elle peut également irradier dans le bas du ventre, le haut des jambes, voire le bas du dos. Cette douleur peut ou non être associée à l’activité sexuelle et peut contrecarrer les activités les plus élémentaires ou encore la pratique d’un sport ou le travail. C’est d’autant plus regrettable que la plupart des patients touchés par ce problème sont de jeunes hommes actifs, âgés de trente ou quarante ans.

Soulager la douleur

Jusqu’à récemment, les urologues constituaient la seule ressource à laquelle pouvaient s’adresser les hommes souffrant d’un syndrome de la douleur pelvienne chronique. Dans 90 % des cas, la prostate n’était pas incriminée et semblait être saine. Pour venir en aide à ces patients, une approche multidisciplinaire s’impose. La collaboration novatrice entre urologues, psychologues et physiothérapeutes doit permettre d’élaborer de nouvelles stratégies d’évaluation et de traitement de ce syndrome douloureux et de la dysfonction sexuelle qui peut y être associée.

Une collaboration novatrice

Etant donné la faible compréhension que l’on a pour l’instant de cette pathologie, les équipes multidisciplinaires dirigées vers elle devraient idéalement avoir pour mission non seulement la prise en charge diagnostique et thérapeutique mais encore la recherche. Les patients devraient être invités à participer à ces travaux de recherche.

La Rédaction
D’après un communiqué de presse du centre universitaire de santé McGill
(CUSM, Canada, février 2009)
  http://www.cusm.ca/media/news/item/?item_id=104779
Site bilingue français-anglais. Consulté en mars 2009.


Pour vous inscrire à la Newsletter, veuillez simplement enter votre adresse mail ci-dessous et cliquez sur "envoyer".




Partenaires

ligue_cardiologique_belge