La News

News publiée le 30/03/2009

dormir, sommeil, hygiène de vie, diffu-sciences

Il faut se coucher tôt

Qui aurait cru qu’une mauvaise hygiène du sommeil pouvait avoir des répercussions néfastes pour le cœur ? Pourtant, beaucoup de choses sont bien prouvées à ce sujet et de nouvelles constatations s’y ajoutent encore.

Nos grand-mères le savaient bien et n’arrêtaient pas de nous dire : les heures de sommeil avant minuit comptent double. Autrement dit, il faut aller coucher tôt dormir suffisamment. Mais maintenant, ce n’est plus seulement de la sagesse populaire, c’est devenu de la science médicale depuis que le Dr Misao (Japon) a réalisé une étude sur la question. On savait déjà beaucoup de choses, par exemple sur la durée du sommeil et le risque de maladie. Mais on n’avait pas encore essayé de savoir si l’heure du coucher avait une influence sur la santé.

La rigidité des artères

Ce chercheur dont nous venons de citer le nom a suivi 251 travailleurs en bonne santé âgés de moins de 61 ans qui subissaient chaque année un check-up cardiovasculaire complet. Au cours de cet examen annuel, on a vérifié selon des techniques bien mises au point la rigidité de leurs artères et ils ont répondu à un questionnaire sur leurs habitudes de sommeil. Les résultats de cette étude ont montré que la durée du sommeil était significativement associée à la pression artérielle, à l’indice de masse corporelle, au tour de taille et aux taux de lipides dans le sang. Il faut avouer que ces données ne sont pas toutes strictement nouvelles.

Ce qui est nouveau, par contre, c’est la suite des résultats. Les hommes qui faisaient partie de l’étude ont été répartis en trois groupes selon la durée de leur sommeil et selon l’heure de leur coucher. Il est apparu que ceux qui se couchaient avant minuit avaient des artères moins rigides que ceux qui se couchaient plus tard. Or on sait que la rigidité artérielle est une conséquence de l’artériosclérose et que celle-ci est un facteur de risque pour le cœur et le cerveau.

Des hypothèses à prouver

On n’a pas encore de véritable explication à ce constat mais il est possible qu’un coucher trop tardif perturbe la structure du sommeil et que cela change aussi un certain nombre de nos mécanismes normaux. Une autre explication possible a trait à l’heure du dernier repas, qui est sans doute plus tardif pour les couche-tard que pour les autres. Puisqu’on se couche ensuite, on n’utilise pas l’énergie absorbée lors de ce repas. Elle est donc stockée et sert à fabriquer du tissu adipeux. Mais tout cela reste encore à creuser.

La Rédaction
D’après la communication du Dr Y. Misao au 58e Congrès de l’American College of Cardiology (Orlando, USA, 29-31 mars 2009).


Pour vous inscrire à la Newsletter, veuillez simplement enter votre adresse mail ci-dessous et cliquez sur "envoyer".




Partenaires

ligue_cardiologique_belge