La News

News publiée le 29/09/2009

Femme, diffu-sciences

Cancer du col: continuer le dépistage

Le vaccin ne doit pas entraîner un relâchement de la vigilance prévient un expert au congrès de cancérologie tenu à Berlin la semaine dernière.

Grâce aux vaccins contre les HPV (Human Papilloma Virus), responsables du cancer du col de l’utérus, la protection est assurée contre au moins 70% à 75 % des cas. Certains experts commencent à dire qu’il est raisonnable d’espérer l’éradication du col d’ici une cinquantaine d’années. Mais on a constaté qu’un certain nombre de variantes du virus qui étaient peu fréquentes avant les vaccins deviennent un peu plus fréquentes maintenant et on ne dispose pas encore de vaccin contre ces variantes-là.

Continuer à dépister

Pour l’épidémiologiste Jack Cuzick (UK), les femmes vaccinées doivent continuer à se soumettre toute leur vie au dépistage. La raison en est, dit-il, que l’efficacité du vaccin n’est pas garantie chez les personnes qui ont déjà été exposées au virus avant leur vaccination. Et même pour celles qui ont été vaccinées avant l’âge de 16 ans, donc selon une probabilité raisonnable, avant d’avoir en contact avec les HPV, il faut aussi continuer à faire des dépistages réguliers car elles ne sont pas protégées (ou pas suffisamment) contre les souches qui ne sont pas dans les vaccins.

Changer de méthode

Mais dans un souci d’efficacité, il faut changer de technique et rechercher le virus lui-même dans le frottis, avec les moyens modernes de la biologie moléculaire, plutôt que de se contenter d’un examen cytologique après coloration selon la méthode de Papanicolaou.

La Rédaction
-


Pour vous inscrire à la Newsletter, veuillez simplement enter votre adresse mail ci-dessous et cliquez sur "envoyer".




Partenaires

ligue_cardiologique_belge