La News

News publiée le 07/10/2009

Enfant, mort, diffu-sciences

L’enfant qui naît après

Il n’existe pas de preuves que l’enfant qui naît après la perte d’un bébé pendant l’accouchement présente un risque clinique. En revanche, une étude anglaise a montré une dégradation de sa relation avec sa mère.

La mort d’un bébé pendant l’accouchement constitue un traumatisme psychologique majeur pour les parents. Il a été suggéré que l’enfant qui naît après cet événement difficile est psychologiquement vulnérable. Une étude anglaise a été réalisée dans le but d’examiner cette question et d’évaluer l’état de la femme depuis sa grossesse jusqu’à ce que l’enfant atteindrait un âge de six à huit ans.

Relation dégradée

Pas moins de 52 femmes dont la grossesse précédente s’est terminée par le décès du bébé et 51 autres femmes n’ayant pas connu cet incident ont été engagées dans l’étude. Les résultats n’ont montré aucune différence entre les deux groupes en ce qui concerne les capacités cognitives des enfants et leur santé, ainsi que leurs difficultés d’apprentissage. En revanche, dans le premier groupe, on a rapporté une augmentation des difficultés rencontrées par les enfants pour développer des relations avec les autres enfants et des taux élevés de critique maternelles de leurs fats et gestes.

Prise en charge

Ce type d’étude fournit des informations précieuses aux sages femmes et aux médecins, montrant l’importance d’une prise en charge psychologique des parents après la perte de leur enfant, ainsi que l’importance d’un accompagnement des mères au cours de la grossesse suivante.

La Rédaction
Eurekalert. No psychological risk in children next-born after stillbirth

Site en anglais.
Consulté en septembre 2009.


Pour vous inscrire à la Newsletter, veuillez simplement enter votre adresse mail ci-dessous et cliquez sur "envoyer".




Partenaires

ligue_cardiologique_belge