La News

News publiée le 08/10/2009

clef, mémoire, diffu-sciences

Perte de mémoire: progrès.

Une découverte intéressante a été réalisée concernant le rôle clé d'une protéine dans les pertes de mémoire liées à l'âge.

En travaillant sur les premiers stades de la maladie d'Alzheimer, des chercheurs français ont fait une découverte qui va bien au-delà de cette maladie, car elle concerne toutes les personnes âgées. Dans cette étude, ils ont montré que la préséniline 1 est néfaste pour la mémoire. Il s’agit d’une protéine présente dans le cerveau en quantité croissante avec l'âge, chez les personnes saines comme chez les personnes atteintes de la maladie d'Alzheimer.

Des anomalies fonctionnelles

Les chercheurs ont étudié le rôle de la préséniline 1. La mutation de celle-ci est impliquée dans les formes génétiques de la maladie d'Alzheimer, qui touche des personnes relativement jeunes (parfois dès la cinquantaine). En travaillant sur ces formes génétiques avec des souris dotées de la protéine mutée, ils ont essayé de comprendre la physiologie de la maladie.

La surprise est venue des souris qui expriment la préséniline 1 normale (non mutée) et qui devaient au départ servir de témoins. Les investigateurs de cette étude ont montré qu'une surproduction de cette protéine entraîne, avec l'âge, des anomalies de la plasticité synaptique et donc de la mémoire. La plasticité synaptique est un phénomène de réarrangement des connexions entre neurones. Elle intervient effectivement dans certains aspects de la mémoire. Pour se rendre compte de cette modification de la plasticité, les chercheurs ont à la fois mesuré l'efficacité de la transmission de l'influx nerveux et compté le nombre d'épines dendritiques, structures localisées sur les prolongements des neurones et sur lesquelles se forment les synapses.

Neurotoxique ou pas?

Ces résultats inattendus suggèrent que la préseniline 1 aurait une action neurotoxique. Or, des études récentes montrent que dans le cerveau des personnes âgées, qu'elles soient ou non atteintes de la maladie d'Alzheimer, le taux de cette protéine augmente. Ainsi, lors du vieillissement, elle serait responsable de l'atteinte des fonctions cognitives intervenant dans la mémoire.

La Rédaction
D’après un communiqué de presse du Centre National de Recherche Scientifique
http://www2.cnrs.fr/presse/communique/1651.htm
Site bilingue Français/anglais.
Consulté en août 2009.


Pour vous inscrire à la Newsletter, veuillez simplement enter votre adresse mail ci-dessous et cliquez sur "envoyer".




Partenaires

ligue_cardiologique_belge