La News

News publiée le 27/10/2009

hanche, diffu-sciences

Attention à la hanche!

Atteinte cardiovasculaire et fracture de hanche pourraient être deux atteintes liées entre elles. C’est ce que suggère une vaste étude réalisée chez des jumeaux. Mais c’est peut-être plus compliqué que cela.

Chose curieuse, une étude qui s’est intéressée aux jumeaux vient de conclure que le risque de fracture de hanche était plus élevé chez les personnes chez lesquelles on venait de diagnostiquer une affection cardiovasculaire que chez les autres. La raison pour laquelle c’est étonnant, c’est que l’ostéoporose et les affections cardiovasculaires ont toujours été considérées comme des maladies indépendantes l’une de l’autre jusqu’à présent, même si elles sont toutes les deux fréquentes chez les personnes âgées.

Faire la différence

Y aurait-il, malgré les apparences, des mécanismes communs ? On sait que l’accident vasculaire cérébral est un facteur de risque de fracture de hanche, sans doute à cause des chutes, mais on n’a pas d’indice pour les autres maladies cardiovasculaires. L’étude ne dit pas non plus si le niveau de risque de fracture de hanche dépend du type de maladie ou du sexe, par exemple, ou encore s’il est influencé par des facteurs environnementaux et/ou génétiques.

C’est en menant leur recherche auprès de 31.936 jumeaux que les chercheurs suédois ont pu faire la différence entre facteurs génétiques et facteurs d’environnement. Des jumeaux identiques ont en effet les mêmes gènes mais vivent dans des environnements différents. S’ils connaissent les mêmes événements de santé malgré cette différence d’environnement, c’est qu’il y a une influence génétique sur ces év énements. Cette étude ne fut pas une mince affaire, puisqu’en plus du nombre impressionnant de participants, elle a duré de longues années. Les jumeaux, nés entre 1914 te 1944 ont en effet été suivis jusqu’à l’âge de 50 ans. Les premiers ont donc été ainsi accompagnés jusqu’en 1964 mais les derniers le furent jusqu’en 2005, ce qui fait pas moins de quarante ans de collecte de données.

Pas si vite

L’analyse des résultats a montré que c’est après un accident vasculaire cérébral ou en cas d’insuffisance cardiaque que le taux de fractures de hanche est le plus élevé. On pourrait dire qu’il s’agit là de maladies qui favorisent les pertes d’équilibre et c’est vrai. Mais dans une paire de jumeaux, quand l’un avait été victime d’une de ces atteintes et subissait une fracture de hanche, il arrivait que l’autre ait une fracture aussi, sans avoir eu l’un de ces deux problèmes cardiovasculaires. Et ce fait était plus fréquent que chez les jumeaux dont aucun des deux n’était cardiaque ou atteint par une lésion vasculaire au cerveau. Il est donc probable qu’il y ait une composante génétique. Mais il reste à savoir si ce sont les mêmes gènes qui favorisent les deux affections ou si ce sont des gènes différents, ou encore si la coexistence des deux maladies n’est pas liée au fait que dans leur jeune âge, les jumeaux d’une même paire ont dans la plupart cas vécu dans le même environnement.

La Rédaction
-


Pour vous inscrire à la Newsletter, veuillez simplement enter votre adresse mail ci-dessous et cliquez sur "envoyer".




Partenaires

ligue_cardiologique_belge