La News

News publiée le 28/10/2009

Cancer du sein: un nouveau marqueur de risque, diffu-sciences

Cancer du sein: un nouveau marqueur de risque

Une nouvelle méthode, plus fiable que celle qui s’utilisait jusqu’à présent, permet de suspecter un risque de cancer du sein chez la femme proche de la ménopause.

Des glandes microscopiques qui produisent la sécrétion lactée sont dispersées dans le sein. On les appelle des acini. Elles sont regroupées par petits ensembles auxquels on donne le nom de lobules. Le nombre d’acini par lobule varie avec l’âge de la femme. Des chercheurs américains viennent de montrer que si ce nombre est anormalement élevé pour l’âge et que les lobules sont trop grands, il y a risque de cancer. Cette manière d’estimer le risque serait plus fiable que celle que l’on utilise actuellement.

Examen au microscope

Les chercheurs ont étudié au microscope la structure du tissu mammaire de 85 patientes atteintes d’un cancer du sein. Ils ont comparé les échantillons étudiés avec ceux de 142 femmes de même âge chez lesquelles on avait prélevé du tissu mais qui n’étaient pas atteintes de cancer. A partir de ces données, ils ont développé un modèle d’analyse qui permet d’estimer le risque pour une femme d’avoir un cancer du sein en fonction de l’aspect présenté au microscope par ses glandes mammaires. Ils ont ensuite confronté leurs prédictions avec celles des méthodes classiques. Et il est apparu que la nouvelle méthode était meilleure que celle que l’on utilise actuellement.

Régression insuffisante

En fait, avec l’âge et surtout à l’approche de la ménopause, le risque de cancer du sein diminue parce que les acini et les lobules disparaissent. Jusqu’à présent, à part la notion d’hérédité, on ne disposait pas de critères permettant d’estimer le risque de cancer du sein. C’est ce qu’on appelle une involution (évolution à rebours). Et c’est précisément cette involution qui est au centre du problème. Il semble bien, en effet, que si elle n’est pas suffisamment avancée quand la femme approche des 55 ans, le risque de cancer augmente notablement.

La Rédaction
Journal of Clinical Oncology


Pour vous inscrire à la Newsletter, veuillez simplement enter votre adresse mail ci-dessous et cliquez sur "envoyer".




Partenaires

ligue_cardiologique_belge