La News

News publiée le 18/11/2009

Campagne pour les antibiotiques, diffu-sciences

Campagne pour les antibiotiques

Comme chaque année à cette époque-ci, le Gouvernement belge lance sa campagne pour le bon usage des antibiotiques.

Depuis qu’ils sont apparus, les antibiotiques ont sauvé des millions de vie dans le monde entier. Mais depuis qu’on les utilise, on s’est très vite aperçu que les microbes contre lesquels ont veut lutter en les utilisant s’adaptent. De plus en plus de bactéries se modifient et deviennent résistantes à un nombre de plus en plus grand d’antibiotiques.

Trop d’antibiotiques

Dans la majorité des cas, si pas dans tous les cas, les résistances apparaissent en raison de l’usage que l’on fait des antibiotiques. On les utilise trop souvent quand ce n’est pas nécessaire. Le problème est que le public, en particulier les parents d’enfants malades, n’acceptent pas toujours qu’un médecin s’abstienne de prescrire des antibiotiques et ont tendance à le croire incompétent s’il ne le fait pas. C’est pourtant le contraire : il faut être drôlement compétent pour savoir quand les antibiotiques sont nécessaires et quand ils ne le sont pas. Toutes ces situations ont été étudiées en profondeurs par les plus grands spécialistes en matière de maladies infectieuses et ces spécialistes ont rédigé des conseils que les médecins connaissent et suivent. Et si votre médecin ne vous prescrit pas d’antibiotiques, il vous donne des conseils sur la manière de vous soigner et vous explique quels sont les signes qui doivent vous conduire à le rappeler s’ils apparaissent. Alors, il faut suivre ces consignes à la lettre car ce serait trop facile - mais pas trop honnête - d’en faire à sa tête et de dire ensuite que c’est à cause du médecin si les choses n’évoluent pas bien.

Pas assez d’antibiotiques

Une autre cause d’apparition des résistances est le caractère trop souvent incomplet des traitements antibiotiques s’ils sont entamés. Là encore, en délivrant la prescription, le médecin donne des consignes raison pour l’application du traitement. Une de ces consignes concerne la durée de la prise. Mais trop de personnes arrêtent leur traitement trop tôt sous prétexte qu’elles ne ressentent plus les symptômes qui les accablaient. Elles ne sont pas nécessairement guéries pour autant. Mais le problème est que dans ce cas, il y a gros à parier que les microbes, au lieu d’être éliminés, soient tout simplement « assommés ». Et ils risquent de se réveiller, parfois en étant devenus résistants.

Il faut donc suivre à la lettre les consignes de son médecin. Les antibiotiques seront mieux utilisés. Cela coûtera moins chers aux malades et à la société. Il y aura moins de résistances et aussi moins d’effets secondaires. Car il n’existe pas de vrai médicament sans le moindre effet secondaire : le problème n’est pas là, il est d’en faire bon usage.

La Rédaction
Le site de la campagne peut être consulté à l’adresse www.usagecorrectantibiotiques.be


Pour vous inscrire à la Newsletter, veuillez simplement enter votre adresse mail ci-dessous et cliquez sur "envoyer".




Partenaires

ligue_cardiologique_belge