La News

News publiée le 23/11/2009

Les bactéries se défendent contre l’oxygène, diffu-sciences

Les bactéries se défendent contre l’oxygène

Un nouveau système de protection des cellules vivantes contre le stress oxydatif vient d’être découvert dans des bactéries. Il semble que ce système existe aussi dans les cellules du corps humain.

Tout le monde a déjà entendu parler de stress oxydatif. Pour expliquer les choses simplement, on peut dire que si l’oxygène est indispensable à la vie telle que nous la connaissons (même s’il y a des exceptions), son utilisation par les cellules des organismes inférieurs (les bactéries par exemple) et supérieurs (les animaux par exemple) engendre des substances dérivées de cet oxygène qui sont toxiques pour les cellules. Les protéines sont très sensibles aux radicaux libres, dont la toxicité s’explique en partie de cette manière.

La bonne paire

Cela se passe aussi dans notre organisme mais nous disposons d’une série de moyens pour neutraliser ces dérivés toxiques de l’oxygène et les autres toxiques dont ils favorisent la formation, les radicaux libres.

Ces moyens consistent en une série d’enzymes qui favorisent des réactions de neutralisation de ces substances toxiques. Il y a aussi des molécules antioxydantes, comme certains minéraux (le sélénium par exemple) ou certaines vitamines, comme les vitamines A et E. des chercheurs du Flanders Institute of Biotechnology (VUB) et de l’Institut de Duve (UCL) ont découvert un nouveau système de protection contre les radicaux libres. En étudiant une bactérie très présente dans nos intestins, Escherichia coli, ces scientifiques se sont aperçu que deux protéines particulières, appelées DsbG et DsbC, formaient une paire de « réparateurs » de certains dégâts causés aux autres protéines par les formes agressives de l’oxygène.

A stimuler ?

Il semble bien, d’après les connaissances actuelles, que ce système de protéines réparatrices existe aussi dans les cellules du corps humain. Si c’est le cas, on pourra peut-être un jour, si on connaît mieux ce système, trouver des moyens de le stimuler pour accroître la protection contre le stress oxydatif. Il faut savoir que celui-ci est impliqué dans de nombreux processus défavorables, allant du vieillissement cellulaire au cancer, en passant par l’artériosclérose.

La Rédaction
Communiqué de presse de la VUB (19 novembre 2009): Biologists discover bacterial defense mechanism against aggressive oxygen


Pour vous inscrire à la Newsletter, veuillez simplement enter votre adresse mail ci-dessous et cliquez sur "envoyer".




Partenaires

ligue_cardiologique_belge