La News

News publiée le 15/05/2008

climat, temps, influence, diffu-sciences

Climat, écosystèmes, comportements et maladies

Le climat est en interaction continue avec d'autres systèmes. L'émergence ou la ré-émergence de maladies est aujourd'hui largement liée à des modifications de l'environnement physique et aux migrations humaines et animales.

La structure et le bon fonctionnement des écosystèmes terrestres, ainsi que le climat, sont modifiés par l'activité humaine. Les perturbations causées par l'homme à ce niveau peuvent avoir de multiples répercussions sur sa santé, à travers les effets des vagues de chaleur par exemple, de la pollution de l'air ou encore de la modification de l'écologie des maladies infectieuses. On peut prendre les maladies transmises par des vecteurs comme illustration des interactions complexes de tous ces facteurs et de leur impact sur l'homme. Une étude a été entreprise dans le but de caractériser les paramètres impliqués dans la distribution géographique de deux infections bien présentes en Belgique, la maladie de Lyme et la fièvre hémorragique avec syndrome rénal, causée par les Hantavirus. Ce qui est intéressant dans cette problématique, c'est que le même petit rongeur, le campagnol roux, peut servir de refuge aux tiques responsables de la transmission de la maladie de Lyme et transmettre les Hantavirus via ses sécrétions. Les distributions respectives de ces deux maladies sont notamment déterminées par la présence de forêts et autres lieux boisés, qui représentent l'habitat préféré du vecteur et de ses hôtes animaux. Mais le risque d'infection par les Hantavirus est plus élevé dans les zones forestières où il y a un faible taux d'urbanisation, dans lesquelles l'activité économique est rurale ou forestière et où les revenus de la population sont faibles (frontière belgo-française, province du Hainaut). Par contre, le risque de transmission de la maladie de Lyme est plus marqué là ou l'urbanisation est plus dense mais avec des habitations entourées de jardins ou à proximité de parcs et bosquets à usage plutôt récréatif, c'est-à-dire dans des zones péri-urbaines plus riches (Anvers, Brabant et Namur). Les variations de climat jouent également un rôle, au moins pour la maladie de Lyme, car elles permettent ou non, selon les années, la cohabitation des larves de l'année et des nymphes des tiques, issues des larves de l'année précédente. Cette cohabitation est nécessaire à la transmission, chez les hôtes intermédiaires, de la bactérie responsable.

Dr Rachid Benabdillah
Echos du symposium « Climat et santé » organisé à Bruxelles (7 avril 2008) par le Service Fédéral de la Politique scientifique.


Pour vous inscrire à la Newsletter, veuillez simplement enter votre adresse mail ci-dessous et cliquez sur "envoyer".




Partenaires

ligue_cardiologique_belge