La News

News publiée le 21/12/2009

Mains, La médaille et son revers, diffu-sciences

La médaille et son revers

L’hygiène des mains s’améliore mais l’eczéma est en recrudescence

Le Service Fédéral (SPF) Santé Publique et la Plateforme Hygiène Hospitalière lancent chaque année une campagne de sensibilisation à l’hygiène des mains dans les hôpitaux. Il est vrai que le personnel soignant surchargé ne prend peut-être pas toujours le temps de se les laver et que les sources de contamination sont extrêmement nombreuses en milieu hospitalier.

Les robinets

Prenons pour seul exemple les robinets, que l’on ouvre avec ses mains contaminées -et que l’on ferme avec ses mains lavées, que l’on contamine ainsi à nouveau. il faudrait que partout, dans tous les hôpitaux, les robinets soient commandés au pied ou par une cellule photo-électrique. Ainsi, on ne les touche plus avec les mains. Mais il restera encore d’autres sources de contamination, comme le stéthoscope, la blouse médicale, les objets des patients, etc. Bref, la lutte contre les infections en milieu hospitalier est devenue une véritable affaire de spécialiste, l’hygiéniste d’hôpital. Mais grâce à ces spécialistes et aux campagnes de sensibilisation, on assiste à une très nette amélioration de l’hygiène des mains. De plus en plus, l’usage d’une solution hydro-alcoolique se répand, ce qui est mieux que celui du savon pour la désinfection (mais pas pour le lavage des mains sales).

Usage modéré

Avec la propagation de l’épidémie de grippe H1N1, l’usage de la solution hydro-alcoolique s’est également répandu dans le grand public. C’est une bonne chose. Mais Monsieur et Madame Tout-le-Monde ont un peu tendance à exagérer cet usage. Et les dermatologues lancent un avertissement car ils voient de plus en plus de cas d’eczéma des mains dus à cet usage. Le problème n’est pas le produit lui-même mais l’abus. Lorsqu’on se désinfecte trop souvent les mains, on abîme la couche lipidique protectrice de la peau. Elle se fissure et perd son rôle protecteur. La solution hydro-alcoolique est alors en contact direct avec la peau et peut l’irriter, ce qui peut à son tour favoriser l’eczéma. dès lors, les dermatologues, loin de déconseiller la désinfection à l’aide de la solution hydro-alcoolique, propose de limiter son usage à cinq ou six fois par jour.

La Rédaction
-


Pour vous inscrire à la Newsletter, veuillez simplement enter votre adresse mail ci-dessous et cliquez sur "envoyer".




Partenaires

ligue_cardiologique_belge