La News

News publiée le 31/03/2010

Encore un mauvais coup de l’obésité, diffu-sciences

Encore un mauvais coup de l’obésité

Asthmatiques obèses et asthmatiques maigres ne sont pas égaux devant l’efficacité des traitements

On a souvent parlé des complications possibles de l’obésité, même s’il existe des obèses heureux. les risques les plus souvent évoqués s ont de type cardiovasculaire. Il y a aussi un risque accru d’arthrose, par exemple. Mais un nouvel inconvénient vient d’être mis en évidence. il concerne les patients asthmatiques obèses.

Le nombre des crises

Ces personnes doivent prendre pour traiter leur affection des traitements à base de médicaments anti-inflammatoires administrés par inhalation, en puffs. D’autres médicaments peuvent aussi être utilisés et une troisième catégorie est destinée à traiter la crise. Et on estime l’efficacité de ce traitement – de même qu’on estime la régularité des prises – en regardant le nombre et la gravité des crises. C’est en quelque sorte une évaluation par les symptômes. On mesure aussi le Volume Expiratoire Maximal par Seconde, VEMS en abrégé. Pour cela, on demande au patient d’expirer le plus vite et le plus fort possible à partir d’une inspiration maximale et on enregistre avec un appareil spécialisé appelé spiromètre combien d’air le patient a exprimé en une seconde dans ces conditions maximales. un troisième critère fréquemment utilisé est le besoin de médicaments de crise.

Selon le poids

Des auteurs ont revu quatre études cliniques concernant l’efficacité des traitements de l’asthme. ils ont repris les dossiers de tous les patients qui avaient participé à ces études et les ont répartis en fonction de leur indice de masse corporelle, qui exprime l’absence ou la présence éventuelle d’une obésité et l’importance de celle-ci. Ils ont évalué la réponse de ces patients au traitement de leur asthme en utilisant les trois critères cités plus haut : symptômes, VEMS et besoin de médicaments de crise. Il est apparu que les mêmes traitements étaient d’autant moins efficaces que le sujet était plus lourd. Ils agissent donc moins chez les personnes obèses que chez les patients maigres. Pour en savoir plus, il faudrait pouvoir comprendre le mécanisme de cette efficacité différente.

Deux hypothèses

Au moins deux hypothèses peuvent être avancées et devraient être étudiées. La première est qu’une personne au poids plus important a besoin de plus fortes doses de certains médicaments que d’autres. C’est un fait connu mais il n’est pas dit que cette explication est valable pour des médicaments à prendre par inhalation. C’est donc à vérifier. La deuxième hypothèse serait que l’état inflammatoire est influencé à la hausse par le tissu adipeux, qui est plus abondant chez l’obèse que chez le sujet maigre. or l’inflammation est l’un des mécanismes majeurs de l’asthme. il faudrait donc frapper plus fort avec les médicaments anti-inflammatoires pour vaincre ce niveau inflammatoire plus élevé. A vérifier aussi.

La rédaction
Camargo CA, Boulet LP, Sutherland ER et al. Body mass index and response to asthma therapy: fluticasone propionate/salmeterol versus montelukast. Journal of Asthma 2010; 47(1):76-82.


Pour vous inscrire à la Newsletter, veuillez simplement enter votre adresse mail ci-dessous et cliquez sur "envoyer".




Partenaires

ligue_cardiologique_belge