La News

News publiée le 06/05/2010

Femme enceinte, sauvetage, diffu-sciences

Double sauvetage chirurgical

Sauver deux vies en une fois: par réussi par deux médecins des Cliniques universitaires Saint-Luc, le Pr Gébrine El Khoury (chirurgie cardiovasculaire et thoracique) et le Pr Frédéric Debiève (Obstétrique), pour sauver une maman et son bébé.

En décembre dernier, une patiente enceinte de 32 semaines a été transférée aux Cliniques universitaires Saint-Luc de l’UCL à Bruxelles depuis l’hôpital de Hornu, dans un état extrêmement grave. Elle souffrait d’une forme particulière de rupture de l’aorte appelée dissection aortique. Cet accident menaçait sa vie et celle de son bébé à naître. L’aorte est en effet la plus grosse artère de tout le corps. Elle sort directement du cœur et, à travers ses nombreuses branches, elle distribue à tous les organes tout le sang qui circule.

Prêts à intervenir

La seule solution pour tenter de les sauver tous les deux consistait à pratiquer une césarienne en urgence avant d’opérer l’aorte de la maman. C’était bien évidemment très risqué car la dissection aortique est une extrême urgence et les chances de survie de la maman n’étaient pas élevées. Une cellule de crise a été réunie pour déterminer les priorités. Elle était composée de chirurgiens cardiaques, d’anesthésistes, d’obstétriciens, d’infirmières, de perfusionnistes, etc. Il fut décidé de commun accord de sauver d’abord le bébé car il n’aurait pas supporté les conditions de l’opération mises en place pour la maman, notamment la diminution de la température corporelle, qui devait descendre entre 15 et 20°c.

Double miracle

L’intervention a donc débuté par la césarienne. Elle a été pratiquée avec ligature des artères de l’utérus afin d’éviter le risque d’hémorragie utérine lors des manœuvres de chirurgie cardiaque qui allaient suivre. Pendant ce temps, les chirurgiens cardiaques étaient déjà habillés, prêts à intervenir. Dès que le bébé fut extrait, ils sont entrés en action pour opérer la dissection aortique. Le résultat de cette double intervention est un véritable miracle : la maman et son bébé ont survécu et sont aujourd’hui en pleine forme. De tels happy end sont rares, car sur les quelques cas de ce type recensés dans le monde, très peu de patientes ont survécu.

La rédaction
Communiqué de presse St-Luc UCL, 5 mai 2010.


Pour vous inscrire à la Newsletter, veuillez simplement enter votre adresse mail ci-dessous et cliquez sur "envoyer".




Partenaires

ligue_cardiologique_belge