La News

News publiée le 20/08/2010

Gorge, diffu-sciences

Refaire de la peau avec du thymus?

Une étonnante expérience vient d’être publiée dans la revue Nature. Des cellules extraites d’un organe immunitaire ont pu être transformées en cellules de follicules pileux.

Le thymus est un drôle d’organe : il est indispensable à la mise en place de notre immunité mais il disparaît après avoir rempli sa mission dans l’enfance. On n’en retrouve pratiquement plus rien chez l’adulte. Celui du veau est bien connu des gastronomes : c’est le ris de veau et c’est parce qu’il disparaît, donc qu’il est rare, qu’il est si cher.

Epithélium et … épithélium

On trouve dans le thymus des cellules épithéliales. Ce sont des cellules qui sont étroitement accolées les unes aux autres et qui forment les couches de protection situées à la surface de la peau et des muqueuses. Des chercheurs britanniques et suisses ont réalisé récemment un exploit assez étonnant. ils ont isolé des cellules épithéliales de thymus de rat et les ont mises en culture dans des conditions particulières. Ces conditions de culture visaient à la inciter les cellules de thymus à former des cellules épithéliales de peau. Après cette étape, elles ont été greffées sur des peaux en cours de développement.

Micro-environnement

Dans ce nouvel environnement, ces cellules de culture – originaires du thymus, rappelons-le – ont montré des caractéristiques de cellules souches des follicules pileux, qui constituent en quelque sorte la « racine » des poils et des cheveux. Non seulement elles ont permis de maintenir la présence de poils pendant plus d’un an sur les peaux en développement mais encore ont-elles de cette manière dépassé les performances des cellules normales de follicules pileux, qui ne sont capables de régénérer une peau lésée que pendant trois semaines après le traumatisme. Cette expérience démontre combien l’environnement tissulaire est capable de modifier le devenir des cellules, en les reprogrammant littéralement pour les obliger à adopter une autre forme et à remplir d’autres fonctions.

Des obstacles

Cette étonnante expérience ouvre-t-elle la voie vers de nouvelles manières de régénérer la peau détruite par un traumatisme, comme une brûlure par exemple ? On en est encore très loin mais ce n’est pas impossible. Mais avant d’y parvenir, des obstacles d’importance sont à surmonter. souvenons-nous par exemple que le thymus disparaît à la fin de l’enfance : la technique ne serait donc utilisable, si elle existe un jour, que chez l’enfant. Mais même dans ce cas, un autre problème se poserait car il faudrait prélever des cellules sur cet étrange organe, donc le blesser d’une certaine manière. et les blessures du thymus peuvent avoir de grandes répercussions sur la vie de l’enfant. Alors, même si cette expérience est remarquable, elle a pour l’instant une portée avant tout en recherche fondamentale, pour permettre de mieux comprendre comment à partir d’une seule cellule, l’ovule fécondé, on peut obtenir au cours de la vie embryonnaire une variété de cellules aussi largement étendue que celle qui constitue l’organisme formé. Mais en attendant, un autre aspect peut susciter notre fierté : ces recherches ont été rendues possibles par le soutien de l’Union Européenne.

La rédaction
Bonfanti P, Claudinot S et al. Microenvironmental reprogramming of thymic epithelial cells to skin multipotent stem cells. Nature 2010; 466, 978.


Pour vous inscrire à la Newsletter, veuillez simplement enter votre adresse mail ci-dessous et cliquez sur "envoyer".




Partenaires

ligue_cardiologique_belge