La News

News publiée le 28/02/2015

, diffu-sciences

Obésité et polluants accumulés

Une équipe de scientifiques espagnols, parmi lesquels plusieurs chercheurs de l’Université de Grenade, a confirmé qu’il existe un rapport entre les niveaux de certains polluants environnementaux qu’une personne accumule dans son corps avec son degré d’obésité.

Les personnes présentant plus de polluants dans leur organisme ont également des niveaux de cholestérol et de triglycérides plus élevés, des facteurs importants de risque de maladie cardiovasculaire. Un travail de recherche de l’Université de Grenade a analysé les niveaux de certains polluants environnementaux accumulés dans le tissu adipeux de près de 300 hommes et femmes ayant été opérés dans deux hôpitaux de Grenade. Les substances analysées, connues comme polluants organiques persistants (POPs) peuvent rester dans l’environnement pendant des années, voire des décennies, sans se dégrader.

A travers l’alimentation

« Les êtres humains sont exposés aux POPs principalement à travers l’alimentation. De plus, les POPs s’accumulent progressivement dans la graisse corporelle, de sorte que les niveaux mesurés dans notre travail nous donnent une idée de l’exposition accumulée chez une personne au cours de plusieurs années », explique Juan Pedro Arrebola, principal auteur de l’article exposant les résultats de ces travaux. Grâce à des modèles statistiques complexes, les scientifiques ont vérifié que les niveaux accumulés de plusieurs POPs s’associent à l’obésité et aux niveaux sériques de cholestérol et de triglycérides des personnes, indépendamment de leur sexe, âge, lieu de résidence et degré de tabagie.

Les POPs étudiés

Parmi les POPs étudiés se trouve le DDE, principal métabolite du pesticide DDT, largement utilisé dans le monde jusqu’aux années 80, et actuellement employé par quelques pays pour combattre le paludisme/malaria. De même, on a étudié l’insecticide lindane, très utilisé dans le passé dans les cultures et dans quelques médicaments pour le traitement des poux et de la gale. L’étude inclut aussi un groupe de biphényles polychlorés ou BPCs, utilisés dans de nombreux équipements industriels, et qui sont toujours présents dans les transformateurs électriques anciens. Tous ces polluants s’associent d’une façon ou d’une autre aux taux d’obésité et/ou de cholestérol et triglycérides.


Communiqué de l'Université de Grenade


Pour vous inscrire à la Newsletter, veuillez simplement enter votre adresse mail ci-dessous et cliquez sur "envoyer".




Partenaires

ligue_cardiologique_belge