La News

News publiée le 19/06/2008

chlore, piscine, diffu-sciences

L'asthme : les piscines non couvertes incriminées

Une étude Belge présentée lors du congrès de l'European Respiratory Society (Stockholm 2007) a montré, qu'à l'instar des piscines couvertes, les fréquentations des piscines chlorées de plein air augmentent elles aussi le risque d'asthme.

L'asthme est l'une des affections chroniques les plus répandues, affectant plus de 300 millions d'individus dans le monde. Cette maladie touche spécialement les sujets allergiques. Les causes de l'asthme sont multiples, mais il semble que la fréquentation des piscines couvertes chlorées fasse partie des facteurs favorisants. En effet, l'air dans ces endroits devenait très riche en gaz irritants pour les poumons, et notamment en chloramines, fruits de la combinaison chimique entre le chlore et diverses substances organiques comme la transpiration, la salive ou l'urine. Désormais, les piscines de plein air sont elles aussi dans le collimateur, a rappelé une étude présentée par une équipe belge de l'unité de toxicologie (UCL) au Congrès de de l'European Respiratory Society (ERS) (Stockholm 2007). Dans cette étude, 847 adolescents âgés de 15 ans en moyenne ont été examinés et recensés dans trois écoles secondaires du pays. L'une d'elles a été choisie comme contrôle parce que les cours de natation avaient lieu dans une piscine désinfectée par un système d'ionisation cuivre-argent. Les chercheurs ont réalisé des questionnaires remplis par les parents et dans lesquels on trouvait des indications sur la présence d'asthme ou d'allergies dans la famille, sur le style de vie des adolescents et surtout sur le nombre d'heures passé dans des piscines, désinfectées ou non au chlore et soit couvertes, soit à l'air libre. Ils ont également effectué des analyses de sang à fin de déterminer la concentration en immunoglobines E (IgE), anticorps associés au risque d'allergie et d'asthme. Les résultats ont montré que la fréquentation des piscines chlorés non couverts interagit fortement avec le niveau d'atopie évalué par la concentration du sang en IgE et augmente le risque d'asthme jusqu'à 9 fois chez les sujets ayant une concentration élevée en IgE et même sans antécédents d'asthme chez les parents. Ceci représente une alerte sérieuse et incite à éviter la surchloration des piscines exposées à l'air libre, a conclu l'étude belge.

Dr Rachid Benabdillah
Communiqué de presse (Stockholm, septembre 2007) de l'European Respiratory Society : piscines et risque d'asthme infantile : même les piscines à ciel ouvert sont désormais incriminés.


Pour vous inscrire à la Newsletter, veuillez simplement enter votre adresse mail ci-dessous et cliquez sur "envoyer".




Partenaires

ligue_cardiologique_belge