La News

News publiée le 27/06/2008

poumons, douleur, examen, diffu-sciences

BPCO: au-delà des poumons

Une étude donne à penser que la bronchopneumopathie chronique obstructive (BPCO) serait une atteinte générale et pas seulement un atteinte pulmonaire.

La broncho-pneumopathie chronique obstructive (BPCO) est une maladie dans laquelle le poumon se détruit progressivement suite à un processus inflammatoire. Leele comprend la bronchite chronqiue et l'emphysème. Dans une grande majorité des cas, cette inflammation est la conséquence d'un tabagisme plus ou moins intensif et de longue durée. Un article qui vient d'être publié dans Journal Européen de Pneumologie (ERJ), la publication scientifique de la Société Européenne de Pneumologie (ERS), suggère que l'inflammation ne se limite pas aux poumons et donc que la BPCO ne serait pas seulement une affection pulmonaire mais une qu'elle constituerait une pathologie plus générale. Les résultats de l'étude de l'ERJ suggèrent aussi que des signes d'inflammation systémique peuvent précéder une dégradation des paramètres respiratoires, ce qui pourrait ce qui pourrait constituer un signal d'alarme utile et avoir des implications pour le traitement de ce type de pathologie.

Plus il y en a, moins c'est bon

Si des phénomènes inflammatoires locaux sont bien connus dans certaines affections des voies aériennes, on dispose en revanche de peu de données quant à des associations entre des processus d'inflammation généraux et les paramètres respiratoires. C'est donc pour préciser ces éventuelles interactions qu'une équipe internationale, menée par Jordi Sunyer (Centre de recherche épidémiologique environnementale, Institut municipal de recherche médicale, Barcelone, Espagne) en collaboration avec des collègues exerçant en Italie, en Allemagne et en Finlande, a entrepris cette étude inédite. L'étude prend aussi en compte certaines caractéristiques génétiques exerçant potentiellement une influence codant pour les principaux marqueurs de l'inflammation. Les chercheurs ont sélectionné 134 patients ayant survécu à un infarctus du myocarde et recrutés en moyenne 2,7 ans après leur dernier accident cardiaque. Ils ont ensuite été examinés à six reprises, toutes les quatre semaines. A chaque consultation, les chercheurs ont réalisé un bilan inflammatoire complet. Une étude des gènes codants pour les marqueurs inflammatoires considérés a été également pratiquée. Parallèlement, la fonction respiratoire était explorée grâce à des examens spirométriques. Les auteurs de l'article ont clairement constaté que plus les concentrations sanguines de CRP et d'interleukine 6 (deux marqueurs de l'inflammation) étaient élevées, moins bons étaient les volumes respiratoires. Cette relation s'est révélée indépendante du tabagisme ou de facteurs liés à la gravité de la maladie cardiaque. Mais ce type de corrélation ne s'est pas retrouvé avec d'autres marqueurs de l'inflammation.

A confirmer quand même

Ces travaux renforcent ainsi l'idée, de plus en plus en vogue, que la bronchopneumopathie chronique obstructive (BPCO) ne serait pas seulement une pathologie respiratoire mais serait une maladies systémique. Mais l'étude en question reste de dimension limitée et doit donc être confirmée par d'autres travaux avant de pouvoir généraliser ses conclusions. Si ces résultats se confirment, cette nouvelle manière de comprendre les BPCO pourrait avoir des conséquences pratiques importantes sur leur approche thérapeutique.

Dr Rachid Benabdillah
D'après un communiqué de l'ERS


Pour vous inscrire à la Newsletter, veuillez simplement enter votre adresse mail ci-dessous et cliquez sur "envoyer".




Partenaires

ligue_cardiologique_belge