La News

News publiée le 26/08/2008

guérison, moêlle épinière, diffu-sciences

Un pas vers la guérison des sections de la moêlle épinière

Une meilleure compréhension de la manière dont s'installent les cicatrices de la moëlle épinière permettra un jour de mettre au point des remèdes efficaces pour les lésions de cette précieuse structure.

Les glycosaminoglycans constituent une famille de grosses molécules très répandues dans l'organisme. On en trouve dans le cartilage, dans l'os, et dans les tissus conjonctifs, ceux qui constituent la matrice de nos organes et remplissent les espaces entre certains d?entre eux. On en trouve aussi dans le système nerveux. Bien entendu, ce ne sont pas nécessairement les mêmes qu'on retrouve en tous les endroits de l'organisme.

Un rôle de retardement

On trouve aussi du tissu conjonctif, par conséquent des glycosaminoglycanes, au niveau des cicatrices. Mais dans le système nerveux central, c?est-à-dire dans le cerveau et la moelle épinière, les cicatrices se forment d'une autre manière que les cicatrices se produisant ailleurs. Elles sont réalisées par de petites cellules aux prooriétés multiples, les cellules gliales. C'est pourquoi on parle de cicatrice gliale. Les glycosaminoglycans y jouent un rôle, que les chercheurs étudient depuis pas mal de temps. Ils en sont arrivés à la conclusion que l'un d'entre eux au moins, que l'on appelle chondroïtine sulfate protéoglycan (CSPG), fait obstacle à la guérison des blessures de la moëlle épinière. Il est trop abondant dans la cicatrice pour laisser place aux prolongements nerveux qui doivent se reconnecter, comme des câbles, de part et d'autre de la blessure. D'où l'idée de chercher un moyen de favoriser sa dégradation, dans l'espoir de faciliter le passage des fibres nerveuses à travers la zone lésée. Mais paradoxalement, il est d?une telle abondance dans les cicatrices gliales que des chercheurs israéliens se sont dit qu'il devait bien servir à quelque chose . L'équipe qui a eu cette idé est conduite par Asya ROLLS est composée de chercheurs qui appartiennent au prestigieux Institut Weizmann et à l'Université de Tel-Aviv.

Un rôle utile quand même

Pour la tester, ils ont inhibé, à différents moments de la cicatrisation, la production de CSPG chez des animaux qui avaient une blessure de la moëlle épinière. Et ils ont vu que s'ils provoquaient cet arrêt très tôt après la survenue de la lésion, la cicatrice était très désorganisée dans sa structure et dans son fonctionnement. Par contre, si l'inhibition de la production de CSPG est interrompue deux jours ou plus après la blessure, les animaux récupèrent mieux. Cela signifie notamment que le CSPG intervient dans l'organisation de la cicatrice. Ces nouvelles notons sont importantes pour la mise au point de traitements efficaces de la moêlle épinière. De nombreuses recherches s'attachent à ce problème. Les unes visent à favoriser la régénération nerveuse, d?autres à protéger les cellules abîmées et à assurer leur survie, d?autres encore à guider le chemin des prolongements nerveux en régénérescence. Tout cela est indispensable mais ne servira à rien si on ne parvient pas à lever l?obstacle que constitue la cicatrice gliale pour la reconnexion des voies nerveuses.

A améliorer

Chaque année dans le monde, des dizaines de milliers de personnes sont victimes d?une lésion de la moëlle épinière. Les accidents de la route ? surtout la moto ? y sont pour une grande part. Or la moëlle épinière est une sorte d'autoroute par laquelle passe toute l?information qui vient de la partie de notre corps située en dessous de la tête et toutes les commandes qui vont vers elle. Les victimes d?une atteinte à ce niveau sont donc menacées de paralysie à vie. C'est pourquoi il est si important de trouver un traitement efficace. Il existe déjà des moyens mais il est nécessaire de les améliorer nettement.

Dr Sophie Florence (Paris)
http://medicine.plosjournals.org/perlserv/?request=get-document&doi=10.1371/journal.pmed.0050171


Pour vous inscrire à la Newsletter, veuillez simplement enter votre adresse mail ci-dessous et cliquez sur "envoyer".




Partenaires

ligue_cardiologique_belge